This website uses ‘cookies’ to give you the best, most relevant experience. Learn more Accept
Click background to close pop-up

Notify me!

EMAIL

NAME



Home
Composers
Catalog
Store
Infos
Cart
Menu
B
Franck Bedrossian
Thierry Blondeau
C
Raphaël Cendo
D
Denis Dufour
Pierre Dutrieu
F
Luc Ferrari
H
Pierre Henry
L
Vincent Laubeuf
Ramon Lazkano
Lin-Ni Liao
José Manuel López López
M
Paul Méfano
P
Bernard Parmegiani
Gérard Pesson
R
Colin Roche
S
Oriol Saladrigues
Pierre Schaeffer
V
Davor Branimir Vincze
Menu
Scores Books Music paper Limited editions Manuscripts Subscription Plans Merchandising
Menu
About us Places FAQ Pro Network
Pierre Henry
La Xᴱ Symphonie
Hommage à Beethoven
1979

Symphonic version
for 3 orchestras (3 conductors), mixed choir & solo tenor
115'

496 pages
31*46 cm
listen
read
buy
394.40 €
Score
Printed edition
Enquire
Performance Set Rental
3 Sets of Scores (8), 1 Booklet & Parts
Learn more
Subscription plans
Include it in a plan to access
the full catalog from 1€/month
« […] as strong as a thunderclap, an ocean wave or a Siren's song. »
« […] aussi fortes qu'un coup de tonnerre, qu'une vague de la mer ou que les sirènes. »
Pierre Henry
Description
fr

I’ve never forgotten Beethoven. I heard it a lot when I was young. I played his pieces on the piano. I studied Listz's piano reductions of the nine Symphonies. When you play those, it feels like you're hearing Beethoven improvising. I got my bearings for the Tenth in these very piano reductions straight away. I found Beethoven fascinating because he created melodies as strong as a thunderclap, an ocean wave or a Siren's song, with few notes. He invented the sculpture and dramatisation of sounds. In this, he set the foundations for the music of today. All music, even Webern's, mixes abstraction and drama. In Beethoven, the drama is very clear. It's not drawn out like with Wagner. It's not repressed nor internalized like with Bach. It's drama at its purest, like the brilliant flashes in my 'Voile d'Orphée'.

Beethoven taught me more about composing than Messiaen did, just by analysing his scores. Their rich penmanship, as diagrammatic and dynamic as graphic design, seemed to maintain a secret but very real connection to musique concrète. Then there's the life which he puts into this music. Life as it's lived,
complete with monotonous, repetitive, exasperating, even contemptuous moments — but also tensions and surprises. These thrilling effects, be it no more than a tremolo, contain an emotional force unequalled in music. They cut through time. They give us a shock, and yet we always know they're coming, like an approaching storm. I do believe Beethoven was interested in meteorology and cosmic phenomena. We have so much in common, him and I !

This “Tenth Symphony” is not one Beethoven had sketched out. No more than a blend of the other nine. It's essentially a work of interconnections. It's also a hommage to he who hoped for something that would surpass the orchestra. It could be a way of drawing my (or our) portrait using his music and illustrating its influence on my own music. It's a tour that's dreamlike, logical and respectful of what these symphonies contain and what they suggest. This piece deliberately uses only notes, groups of notes or themes from the nine symphonies as its “raw material”.

From 1966 onward my primary aim was to reveal and establish the modernity and the profound unity of these all-too-familiar scores. The second aim was to show that a composer can make an original piece out of any and all sound objects, even if this object is a part of our heritage as Beethoven's is. Off the beaten track, it perpetuates and expands this “concrete” way of life which I constantly insist on.

In 1974, a thorough and “musicological” analysis of the idiosyncrasies and telltale features of Beethovenian writing highlighted the trajectories, potential links and “bonds” between one symphony and another. But watch out ! I don't like everything in the Symphonies. I've only taken what I liked best. From the paper I cut out 12 isolated root position triads, 18 repeated root position triads, 3 isolated Dominant 7ths, 8 repeated Dominant 7ths, 1 Diminished 7th, 4 doubled chords, 6 octaves, 8 octaves with fermata, 4 minor chords, 6 arpeggiated chords, 3 chord sequences, 5 held notes, 19 tremolos, 12 trills, and put them onto the tape.

I also cut out 41 arpeggios, 108 cells, 19 melodies, 27 themes and 44 conductus as “phrases”, as well as 7 batteries, 14 false cadences, 8 interrupted cadences, 13 perfect cadences,
27 restructured cadences, 4 introductions, 41 ostinati, 8 pedal points, 2 pizzicati, 41 progressions, 14 thunders, 2 conclusions and 33 dramas as “groups”. All in all, 79 citations. I wanted to use citations in order to reinsert the original sense of time. Sometimes you get away from Beethoven, sometimes you find him again.

This catalogue of sound structures yielded a repertory which resulted in a new score : the Tenth, whose first sketch was made in 1974. Starting with Beethovenian time elements, I ended up with my own ; this is where I really came in with the editing and mixing. I put in atmospheric or stretched out “moments” of resolution or frustration, cycles and canonic counterpoint, exactly like in my own works. From this moment onwards, Beethoven's sounds became concrete. They became mine.

After a year's worth of this work, I panicked and stopped everything. I thought : « People are going to scream ! What if I added my own sounds ? ». But they'd cover over the presence of Beethoven. And I certainly didn't want to treat him as accompaniment. Then, in 1979, I was asked to do a concert in Bonn. This coincidence gave me the courage to finish the piece according to my original plans. Beethoven was the stronger of us. He should be left alone with his modernity.

[…] Deep down, I wouldn't want people to go looking for the origins of the quotations in all these mixed-up symphonies.
Don't let Beethoven be too well-known!
And when listening to the Tenth, I'd like people to say :
« Is it Beethoven? »
« No, it's Pierre Henry »
It's an original piece. And a precedent.
Or a crime which, perhaps, will set a precedent…
[Pierre Henry]

• Premiere of the 8 movements version on 23 November 2019 at Philharmonie de Paris
by the Orchestre Philharmonique de Radio France
Orchestre du Conservatoire de Paris
Chœur de Radio France
Jeune chœur de Paris
Solo tenor Benoît Rameau
Choir conductor Richard Wilberforce
Orchestras conductors Pascal Rophé, Bruno Mantovani & Marzena Diakun
Je n'ai jamais oublié Beethoven. Jeune, je l'ai beaucoup entendu. Pianiste, j'ai joué ses œuvres. J'ai travaillé la réduction pour piano des Symphonies par Liszt. Quand on exécute ça, on a l'impression d'entendre Beethoven improviser. Dans cette réduction j'ai trouvé tout de suite les points de repères pour la Dixième. Beethoven me fascinait parce qu’il avait inventé des mélodies en peu de notes et que ces mélodies étaient très fortes, aussi fortes qu'un coup de tonnerre, qu'une vague de la mer ou que les sirènes. ll a inventé la sculpture, la dramatisation des sons. En cela il a posé les bases de la musique d'aujourd'hui. Toute la musique, même celle de Webern, mêle abstraction et drame. Le drame, chez Beethoven est évident. Il ne s'étire pas comme chez Wagner. Il n'est pas réprimé, intériorisé, comme chez Bach. C'est du drame à l'état pur, comme les éclats de mon 'Voile d'Orphée'.

Beethoven mieux que Messiaen m'a appris à composer. En analysant ses partitions. Leur graphisme si riche, si pictural, si dynamique me semblait entretenir une parenté secrète mais réelle avec la musique concrète. Et puis c'est la vie qu'il fait passer dans la musique. La vie toute simple, avec ses moments monotones, répétitifs, exaspérants voire narquois, mais aussi avec ses suspenses et ses surprises. Ses effets de tension, même s'ils se réduisent à un trémolo, ont une force d'émotion intense unique dans toute la musique. Ils coupent le “temps”. Ils vous donnent un coup au cœur et pourtant, on les pressent, comme quand l'orage va éclater. Beethoven je crois, s'intéressait aux phénomènes cosmiques et à la météorologie. Lui et moi avons tellement de points communs !

Cette “dixième symphonie” n'est pas celle que Beethoven avait ébauchée. Pas plus qu'une synthèse des neuf. C'est une œuvre essentiellement combinatoire. C'est aussi un hommage à celui qui espérait un dépassement de l'orchestre. Peut-être une façon de faire mon portrait (notre portrait) à travers cette musique et l'influence qu’elle a exercée sur la mienne. C'est un parcours onirique, logique et respectueux de ce que ces symphonies comportent et suggèrent. Volontairement l'œuvre n'utilise comme “matière première” que des notes, groupes ou motifs venant des 9 symphonies.

Dès 1966, mon premier but était d'agir comme un révélateur sur ces partitions (trop célèbres) pour en concrétiser la modernité et la profonde unité. L'autre but visait à démontrer qu'un compositeur peut faire œuvre originale à partir de tout objet sonore, même si cet objet, comme la musique de Beethoven, appartient à notre patrimoine. Manière de perpétuer et d'élargir, hors des sentiers battus, cet état d'esprit “concret” dont je n'ai jamais cessé de me réclamer.

En 1974, une analyse minutieuse et “musicologique”des particularités et des constantes de l'écriture beethovénienne a mis à jour des trajectoires, des liens possibles, des “raccords”, des ponts d'une symphonie à l'autre. Mais attention! Je n'aime pas tout dans les Symphonies. Je n'ai pris que ce qui me plaisait. J'ai découpé sur le papier et monté sur la bande 12 accords parfaits isolés, 18 accords parfaits répétés, 3 accords de 7e de dominante isolés, 8 accords de 7e de dominante répétés, 1 accord de 7e diminuée, 4 accords doubles, 6 accords d'octaves, 8 accords d'octaves point d'orgue, 4 accords de genre mineur, 6 arpèges d'accords, 3 marches d'accords, 5 tenues, 19 trémolos, 12 trilles.

J'ai découpé également en “phrases” 41 arpèges, 108 cellules, 19 mélodies, 27 thèmes, 44 conduits et en “groupes” 7 batteries, 14 fausses cadences, 8 cadences tronquées, 13 cadences d'accords, 27 cadences restructurées, 4 intros, 41 ostinatos, 8 pédales, 2 pizz, 41 progressions, 14 tonnerres, 2 conclusions et 33 dramas. Enfin 79 citations. Je voulais des citations pour réintroduire la temporalité originale. Tantôt on quitte Beethoven, tantôt on le retrouve.

Cet ensemble de structures sonores a donné lieu à un fichier, à un répertoire qui a déterminé une nouvelle partition : la 10ème, dont la première maquette a été réalisée en 1974. En partant des durées beethovéniennes, j'ai abouti aux miennes. C'est là que je suis vraiment intervenu par le montage et les mélanges. J'ai introduit des “temps” de résolution ou de frustration, de prolongement ou de climat, des cycles et des contrepoints par canons, exactement comme dans mes œuvres. À partir de ce moment, les sons de Beethoven sont devenus des sons concrets. Ils sont devenus miens.

Après ce travail qui a duré un an j'ai eu un moment de panique et j'ai tout arrêté. Je me suis dit : « les gens vont hurler ! Et si je rajoutais des sons à moi ? ». Mais ils masqueraient la présence de Beethoven. Je ne voulais surtout pas le traiter comme un accompagnateur. Puis en 1979 j'ai eu la proposition de faire un concert à Bonn. Et cette coïncidence m'a donné le courage de terminer l'œuvre selon ma première idée. C'était Beethoven le plus fort. Il fallait le laisser seul avec sa modernité.

[…] Au fond je préfèrerais que l'on ne cherche pas, de toute ces symphonies entremêlées, à reconnaitre la provenance des citations. Que Beethoven ne soit pas trop connu!
Et quand vous écouterez cette 10e, j'aimerais que l'on dise :
- « C'est du Beethoven? »
- « Non, c'est du Pierre Henry. »
C'est une œuvre originale. Et c'est un précédent. Un crime qui, peut-être, fera jurisprudence…
[Pierre Henry]

• Création de la version en 8 mouvements le 23 novembre 2019 à la Philharmonie de Paris
par l’Orchestre Philharmonique de Radio France
Orchestre du Conservatoire de Paris
Chœur de Radio France
Jeune chœur de Paris
Ténor soliste Benoît Rameau
Direction du chœur Richard Wilberforce
Direction des orchestres Pascal Rophé, Bruno Mantovani & Marzena Diakun

Credits

  • Edited by Maxime Barthélemy & Misael Gauchat
  • Translation: Edward J. P. Williams
  • Thanks to Bibliothèque Nationale de France, Médiathèque du Conservatoire de Paris, Bernadette Mangin & Isabelle Warnier
World Premiere © Camera Lucida
© L. Crespi

Composer See all


Pierre Henry
About
fr
Ineluctable figurehead of this century's musical creativity, Pierre Henry discovered a balance between radicality and fervent popularity. This unique position introduced him to a large spectrum of audiences and left his experimental approach uncompromised. His legacy is that of a profoundly staggering body of work ahead of its time.

Find his monumental symphony in homage to Beethoven and his piano works at Maison ONA.
Figure incontournable de la création musicale de ce siècle, Pierre Henry a su trouver un équilibre entre radicalité artistique et ferveur populaire. Cette posture unique lui a ouvert un éventail d’audience très large tout en conservant une démarche expérimentale sans compromis. Il laisse derrière lui une œuvre profondément vertigineuse, en avance sur son temps.

Retrouvez chez Maison ONA sa monumentale symphonie en hommage à Beethoven et ses œuvres pour piano.